2001—2010 Décennie des Nations Unies pour Faire reculer le paludisme
Qu'est ce que le paludisme? PDF version |  Le paludisme en Afrique  PDF version |  Paludisme et grossesse PDF version |  Moustiquaires imprégnées d'insecticide PDF version | Le paludisme chez les enfants PDF version |  Les situations d'urgence complexes PDF version |  Epidémies de paludisme PDF version |  Les associations thérapeutiques à base d'artémisinine (ACT)  PDF version |  Aspects économiques de paludisme PDF version |  Surveillance et évaluation PDF version

Paludisme et grossesse

FRP soutient l'utilisation accrue des moustiquaires imprégnées et le traitement préventif intermittent aux antipaludiques de toutes les femmes enceintes en Afrique.L'infection palustre pendant la grossesse est un problème de santé publique majeur survenant dans toutes les régions tropicales et subtropicales. Dans la plupart des zones d endémie, les femmes enceintes représentent le principal groupe d'adultes exposé à la maladie. Le phénomène a surtout été étudié en Afrique subsaharienne qui totalise 90 % de la charge mondiale de morbidité et de mortalité liée au paludisme. Pendant la grossesse, cette charge est essentiellement imputable à Plasmodium falciparum, qui est l'espèce la plus courante en Afrique. Les effets des trois autres parasites du paludisme humain (P. vivax. P. malaria et P. ovale) sont moins évidents. Chaque année, on recense 30 millions au moins de grossesses chez des femmes vivant dans des régions impaludées d'Afrique, dont la plupart résident dans des zones de transmission relativement stables.

Les symptômes et les complications du paludisme au cours de la grossesse diffèrent selon l intensité de la transmission et, par suite, le taux d'immunité acquis par la femme enceinte. Si les deux contextes de transmission ci-après sont présentés comme deux cadres épidémiologiques distincts, en réalité, l'intensité de la transmission et le taux d'immunité chez la femme enceinte varient d'un bout à l'autre du spectre, sachant que, dans un même pays, les conditions ne sont pas forcément identiques :

Malgré le tribut que prélève le paludisme chez les femmes enceintes et leurs enfants, ce problème était encore relativement négligé il y a peu, sachant que moins de 5 % des femmes enceintes avaient accès à des interventions efficaces. Des stratégies antipaludiques prometteuses, potentiellement plus efficaces pendant la grossesse, ont cependant été mises au point ces dix dernières années, et elles ont considérablement amélioré la santé des mères et des nourrissons. La prévention du paludisme et la lutte contre la maladie au cours de la grossesse se subdivisent en trois volets : 1) le traitement préventif intermittent ; 2) les moustiquaires imprégnées d insecticide ; et 3) la prise en charge de la maladie proprement dite.

Le fait que, dans la plupart des pays africains, plus de 70 % des femmes enceintes se rendent à de multiples consultations prénatales est l occasion par excellence de prévenir le paludisme ainsi que d autres maladies prioritaires qui touchent les femmes enceintes.

Dans les zones de transmission stable de P. falciparum, la prévention de l'infection palustre asymptomatique basée sur une approche à deux volets le traitement préventif intermittent et les oustiquaires imprégnées d insecticide aura les meilleurs effets sur la santé :

Dans les zones de transmission instable de P. falciparum, les femmes enceintes non immunisées, exposées au paludisme, nécessitent une prise en charge rapide de leur état fébrile. Bien que l'on ne dispose à l'heure actuelle d'aucun outil totalement efficace pour prévenir le paludisme chez les femmes non immunisées, les moustiquaires imprégnées d'insecticide permettront de diminuer l'exposition aux piqûres de moustique infectieuses et devraient, par suite, permettre de réduire les infections symptomatiques. Par conséquent, les systèmes de soins prénatals devraient impérativement comprendre le diagnostic du paludisme, en tant que de besoin, et le traitement par des antipaludiques pouvant être administrés efficacement et en toute innocuité pendant la grossesse.

L'action pour faire reculer le paludisme, en liaison avec la stratégie pour une grossesse à moindre risque, a accordé une importance nouvelle aux risques liés au paludisme pour les femmes enceintes dans le cadre des efforts de lutte antipaludique. La mise en oeuvre de programmes efficaces et l'accès aux femmes qui en bénéficieront le plus, en particulier les adolescentes à haut risque enceintes pour la première fois, se heurtent néanmoins encore à des obstacles. De nombreuses femmes en Afrique sont privées de soins médicaux et n'ont pas toujours la possibilité de se procurer des outils efficaces tels que les moustiquaires imprégnées d'insecticide, en particulier dans les zones très éloignées. Pour prévenir de façon économique et efficace le paludisme chez les femmes enceintes, il faudra :

Tel est le prix à payer pour des grossesses plus sûres et une baisse de la mortalité des nouveau-nés.

Les dispensaires de santé infantile, de planification familiale et de soins prénatals servent de cadre à la lutte antipaludique pendant la grossesse.

 

WHO WB UNICEF UNDP
Faire reculer le paludisme est un partenariat mondial établi en 1998 par l'OMS, le PNUD, l'UNICEF et la Banque mondiale. En collaboration avec les gouvernements, d'autres organismes de développement, des ONG et des entreprises privées, il s'efforce de réduire le coût humain et socio-économique du paludisme.
 
RBM Faire reculer le paludisme, Organisation mondiale de la Santé, 20 avenue Appia, CH-1211 Genève 27, Suisse
Tel: +41 22 791 2891 E-mail: inforbm@who.int

www.rollbackmalaria.org